Le réseau hydraulique du Plateau de Saclay comprend des rigoles, des étangs et des aqueducs. Dans cette lettre d’informations, nous nous attarderons sur les rigoles stricto sensu ; les deux autres éléments du système seront développés dans la prochaine lettre.

le reseau de rigoles du plateau

Les rigoles

Une rigole est considéré comme un cours d’eau, il est en forme de canal trapézoïdal étroit et en pente douce (0,3 mm par mètre en moyenne !) qui permet l’écoulement des eaux et qui, sur le Plateau de Saclay, a le statut de cours d’eau : d’où le poste de « garde-rigoles » actuellement assuré par Adrien Magnier. Ce poste, sauf erreur, doit être le seul en France ! Sur les 90 kms jadis propriétés du domaine de la Couronne, il en reste à ce jour 62 kms, répartis en deux réseaux (Supérieur et inférieur). Sur le système inférieur, dit du plateau de Saclay , 25 km, à ce jour,  appartiennent au SYB,  le reste est encore propriété de l’Etat.

Cette propriété comprend la rigole proprement dit mais également de 5 à 10m de part et d’autre des berges de la rigole et ce tout du long afin de permettre, par un chemin de terre, le passage des engins d’entretien du SYB et de remise en état. Ces chemins sont libres d’accès aux promeneurs, qu’ils soient randonneurs ou vététistes et peuvent donc constituer des buts de promenades en famille. Traditionnellement on compte 5 rigoles visitables propriété du SYB, vous en trouverez ci-après un schéma repris de la page 15 de la brochure « Les Etangs et Rigoles du Plateau de Saclay » édité par « Les amis de la Vallée de la Bièvre » et une localisation de 1 à 6, en fin d’article, sur un extrait de Carte Michelin, reprise des pages 18 et 19 de ce même ouvrage.

 

 

le reseau hydraulique actuel

La rigole de Favreuse (1)

Elle prenait naissance à Jouy-en-Josas, tout près de champs actuellement occupés par l’école des Hautes Etudes Commerciales (HEC). Elle traverse le quartier du Val d’Albian puis est coupée par la N 118 ; ses eaux en suivent le fossé et le tronçon amont est donc déconnecté du reste de la rigole. Le tronçon aval quand à lui longe le nord de la Plaine de Favreuse et ce jusqu’à IGNY, aux lieux dits des Bois brûlés. Elle revient vers l’ouest en surplombant Vauhallan pour aller déboucher dans l’Etang Neuf de Saclay après être passé sous la N118, alors même qu’une partie en est déviée dans le Ru de Vauhallan.

rigole de favreuse

La rigole des Granges dite aussi de Palaiseau ou Domaniale (2)

Elle débute dans le Domaine de l’Ecole Polytechnique dans les bois de la Vauve sur la commune de Palaiseau et porte des noms différents suivant le tronçon visé ou les documents auxquels on se réfère : cartes routières ou d’état-major, documents administratifs étatiques! En amont, elle longe vers l’est de Palaiseau, le quartier des Joncherettes, l’Onera et la fermes des Granges. Puis, se tournant vers le nord-ouest, elle passe tout près du Lycée Camille Claudel pour être interrompue par l’A87 et ses eaux de ruissellement incluses dans le système de drainage de l’autoroute. Sa partie en aval s’oriente alors vers l’ouest, passe près de la ferme de Vilbois, au sud de l’abbaye de Limon et au nord de Saclay. Elle franchit la N118 de façon souterraine et va déboucher, elle aussi, dans l’étang Neuf, dont l’exutoire actuel est le ru de Vauhallan. Elle constitue, sur cette partie sud de la ville de Vauhallan, la limite naturelle de la Vallée de la Bièvre. Cette rigole a fait l’objet de travaux importants de rénovation de la part du SYB.

rigole des granges

La rigole de Corbeville (3)

Tout comme celles des Granges, la rigole de Corbeville naît à côté de Polytechnique dans les bois de la Vauve mais, contrairement à elle, elle écoule ses eaux d’est en ouest : elle passe par la ferme de la Vauve, longe la limite sud de la plaine de Corbeville. Si le tronçon amont est resté jusqu’à maintenant un simple fossé du fait de la coupure de la N118, il devrait cependant retrouver son rôle, les travaux de l’aménageur du Plateau, l’EPAPS, prévoyant une remise en continuité avec la partie aval, par un passage souterrain en forme de siphon sous la N.118. Actuellement, cette dernière partie joue parfaitement son rôle de collecteur des eaux de ruissellement et de drainage des terres agricoles. Elle reçoit les eaux collectées par la rigole du Moulon ainsi que les eaux usées mais épurées du Centre d’Etudes Nucléaires avant de se jeter dans l’étang de Villiers à l’intérieur même du centre.

rigole corbeville

La rigole de Châteaufort (4)

Elle prend naissance à Magny-les-Hameaux près de la porte des Mérantais et écoule ses eaux d’ouest en est. Elle débouche dans le Bassin des biches à Villiers le bâcle, dont l’exutoire est l’aqueduc des Mineurs, qui se déverse quant à lui dans l’étang vieux. Il est possible cependant  de délester une partie de ses eaux de ruissellements par le biais de vannes permettant d’évacuer l’eau vers la Mérantaise en cas de montée trop rapide des eaux, au niveau de la commune de Châteaufort. Ce moyen n’est utilisé qu’en cas de recours, et est toujours limité dans le temps. D’importants travaux d’aménagements effectués par le SYB ont permis d’assurer une restauration de la rigole et des promenades piétonnes familiales, dans les traversées de Châteaufort et de Villiers-le-Bâcle. Elle a une longueur totale de 5700 mètres.

rigole chateaufort

La rigole de Saint-Aubin (5)

Elle commence près de la RD306 au sud de Saint-Aubin, près du CEA et forme un arc de cercle en suivant la crête de la Mérantaise. Tout comme la rigole précédente, elle aboutit à l’étang des biches. Elle autorise sur le chemin qui la longe de belles promenades familiales sur une longueur de 3000 mètres.

rigole st aubin

La rigole de Guyancourt (6)

Initialement elle reliait les Etangs supérieurs (Etang de St Quentin) aux Etangs inférieurs. (Etang Vieux de Saclay). De nos jours, elle prend naissance en aval du nouveau bassin de retenue de Guyancourt à l’ouest de la RD91. Mais depuis 1976 et l’installation de l’aérodrome de Toussus-le-Noble, les eaux de la partie amont de la rigole sont collectées avec les eaux de ruissellements des pistes et rejetées dans le ru Saint-Marc, affluent de la Bièvre ; ainsi seules les eaux de la partie aval continuent leur route vers l’étang Vieux de Saclay. Elle a pratiquement perdu sa fonctionnalité hydraulique et appartient au ministère de la Défense.

Cliquez sur la carte pour l'agrandir :

carte michelin

Parc Orsay Université - 1, rue Jean Rostand - 91893 ORSAY Cedex
Tel : 01 60 14 61 51 - Fax : 09 70 32 58 61 - Courriel : syb@s-y-b.fr